En se regroupant, les producteurs africains du pétrole augmenteront leurs marges. Telle est la conviction de Gabriel Obiang Nguema Lima, ministre des mines et des hydrocarbures de Guinée Equatoriale. Notre confrère Financial Afrik l’a reçu pour une interview en marge du sommet du pétrole africain (Cape VII) en avril dernier.

La rencontre avait pour point principal l’harmonisation des politiques africaines en matières d’hydrocarbures et pour le pétrolier équato-guinéen, les sous Communautés et les communautés  économiques régionales. Les zones CEMAC, UEMOA, la CEDEAO et la SADC devront graduellement prendre en compte en leurs seins la nécessité stratégique de l’harmonisation des politiques africaines en matière de pétrole et de gaz.

De son point de vue, les africains doivent créer un marché du pétrole africain (Crude basket) qui leur permette de vendre le brut africain (Bonny Light ou West Africa Brent) à un prix coté en Afrique. Le Brent de la mer du Nord n’existant plus.

‘’Si tous les pays africains producteurs de pétrole (Angola, Nigeria, Guinée Equatoriale, Gabon et autres) font transiter leurs productions via un marché unique de pétrole africain, nous gagnerons en pouvoir de négociations.  Une organisation comme APPO (Organisation des producteurs de pétrole africains,ndlr)doit porter une telle ambition’’, opine t-il. Il déplore au passage que nous ayons un pétrole négocié à différents prix et à différentes conditions, ce qui ne profite pas de manière optimale au continent.

Source : Africtelegraph.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *