La Banque africaine de développement (BAD) a alloué un montant total de 3,27 milliards d’euros au financement de projets de lutte contre le changement climatique en 2018. Ce qui représente 32% de ses approbations de projets au cours de l’année concernée, en progression par rapport à 2017 où cette proportion se situait à 9%.

Rendu public à l’occasion d’un symposium sur « Les réalités du changement climatique en Afrique : Passer du secours d’urgence à la résilience climatique », tenu le 27 mai 2019, ce montant a été alloué à raison de 51% (1,67 milliard d’euros) aux projets visant l’atténuation du changement climatique. Tandis que 49% (1,60 milliard d’euros) ont été affectés à l’adaptation au changement climatique.

Concernant les régions bénéficiaires de ces projets, l’Afrique de l’Ouest constitue la plus grande bénéficiaire en mobilisant, à elle seule, 34% des financements alloués. Elle est suivie de l’Afrique australe et l’Afrique de l’Est qui décrochent chacune 18% des financements alloués. Viennent ensuite l’Afrique du Nord et l’Afrique centrale, avec respectivement 15% et 8% de ces financements. Enfin, 7% ont été affectés au financement de projets panafricains.

S’agissant des secteurs, celui de l’énergie décroche 26% des financements. Suivi de l’eau et l’assainissement (22%), l’agriculture (15%), les projets multisectoriels (11%), le transport (11%), l’environnement (6%), la finance (6%), le social (2%) et la communication (1%).

Les instruments d’intervention utilisés par la banque sont les prêts (76%), les subventions (16%), la prise de participation (4%), la participation au risque (3%) et enfin les lignes de crédit (1%).

Notons que la BAD s’est engagée à allouer 40% de ses approbations de projets au financement de la lutte contre le changement climatique, d’ici 2020. Ceci, à travers un ensemble de fonds et d’initiatives de financement de la lutte contre le changement climatique pour exécuter des projets et des programmes alignés sur les priorités des Contributions Déterminées au niveau National (CDN) par ses pays membres régionaux.

 

Source : Agenceecofin.com

Laisser un commentaire