Cet argent servira à financer la phase 1 du Projet d’appui au secteur des infrastructures (PASIG)qui vise notamment l’accroissement des échanges régionaux.

Le Conseil d’administration de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé jeudi 30 janvier 2020, un prêt de 140 millions d’euros (plus de 91,8 milliards de francs CFA) destiné à financer la phase 1 du projet d’appui au secteur des infrastructures (PASIG) au Gabon. Ce projet vise notamment le désenclavement intérieur des zones de production et l’accroissement des échanges régionaux.

«C’est un projet ambitieux pour le Gabon, une importante opération pour la Banque», affirme Racine Kane, Directeur général adjoint de la BAD pour l’Afrique centrale. La phase 1 du PASIG consiste principalement en la construction et le bitumage de la section Ndendé-Doussala (49 km) et du pont frontalier entre le Gabon et le Congo, sur la rivière Ngongo, ainsi que la construction et le bitumage de 21 km de voiries à Libreville, la capitale gabonaise.

Elle comprend aussi un appui institutionnel portant sur des études stratégiques capables d’alimenter une réserve de projets bancables dans le secteur routier. « En contribuant aux efforts visant à relier le Gabon et le Congo par une infrastructure routière pérenne, praticable en toutes saisons, le projet permettra à la banque africaine de développement de consolider son rôle d’accompagnement dans la mise en œuvre du Plan directeur consensuel des transports en Afrique centrale adopté en janvier 2004», indique M. Kane

Une fois à terme, le PASIG facilitera les déplacements entre villes et communautés, en améliorant l’efficacité de la chaîne logistique de transport et en réduisant les coûts d’acheminement entre Libreville et Brazzaville. Ce, tout en améliorant les conditions de déplacement à Libreville et en contribuant à l’amélioration de l’accès des populations de la zone d’influence du projet aux infrastructures socio-économiques de base.

« Cette nouvelle opération est une réponse concrète qui permettra de relier le sud du Gabon au Transgabonais. C’est un projet inclusif qui concernera quelques 100.000 habitants, dont plus de la moitié sont des femmes », se réjouit Robert Masumbuko, représentant-pays de la BAD au Gabon.

Source : www.africtelegraph.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *