Crise sanitaire, inondations, cyberattaques vont booster le marché le marché de l’assurance en Afrique selon AXA.


La crise sanitaire de la Covid-19, les inondations, les cyberattaques et les évènements des derniers mois ont poussé les populations africaines et les entreprises à se tourner vers le secteur des assurances.

Les inondations qui ont touché la plupart des pays africains cette année 2020 se sont ajoutées à la crise de la Covid-19 et à la hausse des cyberattaques pour enfoncer davantage les populations et les entreprises africaines déjà victimes de la paupérisation. Ces derniers n’ont plus d’autres choix que de se tourner vers les assurances pour se mettre à l’abri des risques.

De fait, les assurances sont un secteur prometteur en Afrique et cette panique qui risque de se généraliser est du pain béni pour ce domaine des assurances. Dans son dernier rapport publié sur le marché des assurances en Afrique, le groupe d’assurance Axa liste les trois causes d’enfoncement de la croissance que devra surveiller les assurances. « Ces trois éléments constitueront le Top 3 des risques contre lesquels il faudrait se prémunir dans les 5 prochaines années », prédit Axa.

Au-delà du choc sanitaire, poursuit l’assureur français, l’une des conséquences majeures de la Covid-19 en Afrique a été l’interruption obligatoire qu’elle a imposée à plusieurs secteurs d’activités, sans que les promoteurs des entreprises en question ne puissent obtenir une compensation adéquate. « En Afrique du Sud où le marché des assurances est développé et où la protection du business est connue, les assurés éprouvent des difficultés à se faire payer sur leurs déclarations de sinistre de la Covid-19 », peut-on lire dans ce rapport.

Les assurances constituent une sorte de parapluie pour les activités économiques et les ménages lorsque surviennent des sinistres. Les millions de petits acteurs économiques ont fait la mauvaise expérience avec des pertes de revenus non compensées dans les pays africains où les assurances ne sont pas assez répandues. Or, des prédictions disent que d’autres pandémies de l’ampleur de la Covid-19 risquent d’arriver de nouveau, une situation qui selon le rapport d’Axa « constitue non seulement une responsabilité pour le secteur des assurances, mais aussi une opportunité ».

Parce que l’Afrique est en train de se digitaliser, elle constitue un terrain d’expansion pour les attaques numériques ou cyberattaques. Mais le rapport ne cite pas seulement cela sur la liste des dangers qui sapent l’essor de l’économie africaine. Les catastrophes naturelles dues au changement climatique engendrent d’importantes pertes, notamment en termes de productivité économique, des dégâts matériels et surtout de destruction des productions agricoles.

Pour conclure, les travaux d’Axa dressent le bilan déficitaire pour les sociétés d’assurances en Afrique qui selon ce rapport ne disposent pas d’assez de fonds propres pour pouvoir offrir des services de couverture contre tous ces risques précités.

Source : AfriquInfos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *