18 ANS PLUS TARD, ET PRES DE 2,5 MILLIARDS $ INVESTIS, L’AFRIQUE A TOUJOURS AUTANT SOIF

Le continent qui a enregistré, ces 20 dernières années, le plus gros volume d’investissements destinés à l’eau potable, demeure toujours celui qui affiche le plus faible niveau mondial d’accès des populations au précieux liquide.

L’accès à une eau potable et abordable demeure encore un défi en Afrique. 66% des pays du continent enregistrent encore une couverture des services de base en eau potable moins de 75%, avec d’ailleurs de grandes disparités entre les pays. En Erythrée par exemple, la proportion de la population ayant accès à de l’eau potable de base avoisine les 19% tandis qu’elle atteint les 100% à Maurice.

L’inégalité demeure également importante entre les zones rurales, très peuplées en Afrique, et urbaines. Hormis l’Afrique du Nord, 82% de la population urbaine avait au moins accès à des services d’eau potable de base, contre 43% de la population rurale. Le taux de personne ayant accès à l’eau potable de base et sécurisée n’est passé que de 17,9% à 23,7% en Afrique subsaharienne depuis 2000, alors qu’il a grimpé de 45,9% à 80,8% en Afrique du Nord.

En Asie, le taux de personne ayant accès à l’eau potable de base et sécurisée est passé de 52,8% à 59,5%. En Amérique latine, il a grimpé de 61,1% en 2000 à 65,4%. En Europe, la progression enregistrée est de 81,5% à 91,8%. Seule l’Amérique du Nord est demeurée constante avec ses 99% de taux d’accès des populations à l’eau potable de base et sécurisée.

En clair, près de 700 millions de personnes peinent toujours à accéder à une eau traitée à usage alimentaire en Afrique subsaharienne. La plus grosse proportion mondiale. En cause, la faible volonté des gouvernements dans la gestion des ressources en eau, qui se traduit par une insuffisance des infrastructures de traitement et d’acheminement de l’eau et la détérioration des sources d’eau, due à une mauvaise gestion des ressources.

Source: Agenceecofin.com

Laisser un commentaire